Innovation spatiale : quelle place pour l’Europe après 2020 ?

Le budget pluriannuel de l’Union européenne pour 2021 à 2027 est en conception. Avec le Brexit des modifications seront certainement apportées. De quoi retarder l’envolée de l’Europe vers les étoiles ?

Les frontières de l’espace se fermeront-elles bientôt pour l’Europe ? A priori pas complètement. Le secteur spatial représente un enjeu d’innovation important, et son aspect politique l’est tout autant. La Guerre froide nous en a donné de parfaits exemples. Et dans un climat qui s’en rapproche de plus en plus, il est bon de s’interroger sur l’avenir du secteur spatial en Europe.

Quand secteur spatial rime avec secteur privé

Le financement de l’innovation s’appuie souvent sur des acteurs publics et privés. Quand le public atteint ses limites, le privé peut sembler être la solution. Notamment dans un contexte de Brexit. Cependant le cas européen est particulier. Premièrement, les investisseurs sont très prudents. Plus qu’aux États-Unis par exemple. Ce qui ne favorise pas les démarches considérées comme « à risques ».

Deuxièmement, plus les apports publics sont élevés, plus les acteurs privés peuvent se sentir rassurés. Créant ainsi un cercle vertueux permettant la création d’emplois et la réalisation de projets ambitieux. Qu’en sera-t-il en cas de diminution des financements publics du secteur spatial européen ?

Une Europe tournée vers les grappes d’innovations ?

Comme je l’évoquais dans un précédent article, les grappes d’innovations sont nombreuses dans le secteur spatial. Et plusieurs grandes entreprises et start-ups européennes s’en servent déjà pour développer leurs activités. Cette stratégie serait en mesure de dynamiser l’entreprenariat. Et ce dans divers secteurs d’activités, malgré la discrétion de ce type d’actions.

Du point de vue d’un rayonnement international, il est vrai qu’envoyer des voitures ou des touristes dans l’espace est plus impressionnant. De ce côté plusieurs acteurs privés américains sont dans les starting-blocks. Ils pourraient commencer les premiers vols dès cette année ou en 2019. Néanmoins, encourager les transferts d’innovations dans d’autres secteurs d’activités pourrait faire de l’Europe un acteur incontournable dans plus d’un domaine.

Olivier Menguy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *