Waymo et l’expérimentation selon Google

Les véhicules autonomes arrivent sur nos routes. Le projet de Google est l’un des plus aboutis. Et il met en avant la nécessité de l’expérimentation.

Parler de smart cities puis de véhicules autonomes peut prêter à confusion. Mais la question des nouvelles mobilités se pose dans la ville intelligente. En cela l’exemple de Waymo, l’une des filiales de Google, est intéressant. D’autant plus que Waymo multiplie les expérimentations.

Waymo : l’expérimentation, une « étape critique »

Dans un rapport d’octobre 2017, Waymo fait part de ses nouvelles avancées. La filiale de Google développe depuis huit ans une voiture autonome. L’année 2017 ne marque donc pas ses premières expérimentations. Néanmoins, elles y sont évoquées. Ainsi, selon Waymo, les tests en situation réelle sont une étape critique dans l’évolution du projet.

L’expérimentation met à l’épreuve les technologies développées. Elle permet aussi d’appréhender de nouvelles situations. Mais surtout, dans le cadre des voitures autonomes, elle intègre les nuances entre les villes. Waymo cite par exemple les différentes habitudes de conduite des automobilistes. Car les usagers des routes, et plus généralement de la ville, sont au centre de l’expérimentation.

Waymo : feedback et proactivité, deux notions essentielles pour Google

La particularité des véhicules autonomes est qu’ils sont développés pour des usagers, et non des conducteurs. Ainsi l’utilisateur est passif, ce qui peut l’amener à rejeter l’innovation. Comment accepter une technologie que l’on ne contrôle pas ? C’est là que la notion de feedback intervient. Le feedback permet à Waymo de développer des interfaces rassurantes pour les usagers. Et pour ce faire, il faut mettre en place des expérimentations auprès de la population.

Grâce aux retours des testeurs, Waymo intègre de nouvelles fonctionnalités. Son véhicule autonome informe de manière proactive ses passagers de ses actions. De cette façon, les usagers se sentent plus en sécurité. Waymo commence aussi à former les forces de l’ordre à l’arrivée de ses véhicules autonomes sur les routes. Car si les usagers sont centraux aux expérimentations, leur environnement n’est pas à négliger. D’autant plus lorsque les innovations nécessitent de nouvelles règlementations.

Je n’entre pas ici dans les détails. Le cas des véhicules autonomes est un peu périphérique aux smart cities. Néanmoins, il a le mérite de donner un exemple concret d’expérimentation. Tout en montrant que cette étape est essentielle au développement et à l’utilisation des innovations. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous mets à disposition le rapport de Waymo. Vous le trouverez en cliquant sur ce lien.

Olivier Menguy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *